Auteur : Lou Legay

Nouveau numéro des Cahiers de recherche sociologique

Le numéro 70 des Cahiers de recherche sociologique, « Les autres qu’humains. Explorations en humanités environnementales » co-dirigé par Magali Uhl et Khalil Khalsi, vient de paraître !

Contamination réciproque entre vivant.e.s et enchevêtrement des espèces, dépassement des catégories d’analyse et altération de l’ethos de chercheur.se.s: c’est ce que relatent nombre de travaux contemporains qui, au croisement des sciences humaines et sociales et de modes de restitution narratifs, n’hésitent pas à se confronter à d’impensables terrains. Ces recherches se retrouvent dans le domaine interdisciplinaire des humanités environnementales dont la multiplicité d’approche et d’analyse converge vers l’étude des autres qu’humains. Qu’ils soient, comme ici, animaux, végétaux, forêts, minéraux, montagnes, créatures de l’invisible ou phénomènes climatiques, sous la plume des autrices et auteurs qui ont contribué à ce numéro, ils poussent à considérer autrement les frontières de notre monde commun.

Il est disponible sur la plateforme Érudit ici

Ciné-Socio - 16 mars 2023

Ciné-Socio vous invite à la projection du film de David Dufresne, "Un pays qui se tient sage", sur les violences policières contre les manifestations en France (notamment celles des Gilets jaunes en 2018-2019). Ce documentaire invite des citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’État. 

La projection se tiendra dans la salle A-M050 (UQAM) à 18h et sera animée par Marcos Ancelovici, professeur au Département de sociologie de l'UQAM. 

L'entrée est libre et gratuite. 

👉 Voici l'évènement Facebook : https://fb.me/e/3XqKgkdby

Au plaisir de vous y voir ! 

L'Atelier d'Écologie Sociale du Capitalisme Avancé - 24 mars 2023

Vous rêvez de mettre à bas le capitalisme, mais vous avez de la difficulté à trouver de l'information sur ses plus grands protagonistes? L'extractivisme vous révolte, mais vous ne savez pas comment aller chercher les chiffres permettant de dévoiler l'activité néfaste des entreprises minières? Alors cet atelier s'adresse à vous!

Le 24 mars prochain, l'Atelier d'écologie sociale du capitalisme avancé vous invite à participer à un atelier de recherche sur les entreprises, avec une emphase particulière sur les entreprises extractives.

  • En avant-midi, un cours théorique de recherche sur les entreprises sera donné par Éric Pineault. Il nous enseignera les fondements de l'analyse empirique de l'activité des entreprises, nous montrera les bases de données principales pour aller chercher l'information et nous donnera des outils et perspectives d'analyse.
  • En après-midi, nous formerons des sous-groupes afin de faire une recherche sommaire sur une entreprise choisie. Nous pourrons ainsi nous entraider afin de mettre en pratique la théorie vue en matinée.
  • Enfin, nous ferons une discussion en grand groupe afin de partager nos résultats ainsi que nos réflexions générales sur la recherche sur les entreprises.

Tout le monde est bienvenu, que vous ayez déjà de l'expérience en recherche ou non. Cet atelier se veut collaboratif, il n'est donc pas nécessaire d'avoir un bagage particulier de connaissances pour y participer.

Journée annuelle du RNESTA - 15 mars

Le 15 mars se tiendra la Journée annuelle du RNESTA 2023 et vous permettra de développer vos connaissances quant à diverses pratiques pour favoriser l'inclusion des personnes autistes tout au long de la vie et dans différents milieux.

La conférence fera un résumé des résultats du portrait de la stigmatisation des personnes autistes et de leurs familles au Québec et des recommandations pour favoriser leur inclusion et leur acceptation. Elle permettra aussi aux professionnels de la santé de réfléchir à leur pratique clinique. Ils seront mieux outillés pour répondre aux besoins des personnes autistes et leurs familles en centrant l’intervention sur leur pouvoir d'agir comme intervenant et de celui de la personne autiste.

Tout le programme détaillé est à retrouver sur cette page.

Vous pouvez vous inscrire à la conférence ici.

Décès de Paresh Chattopadhyay

C'est avec grande tristesse que nous avons appris le décès de Paresh Chattopadhyay, qui a été professeur au sein de notre département de 1976 à 2005. Paresh était un éminent spécialiste de l’œuvre de Karl Marx et du marxisme, auxquels il a consacré de nombreuses publications, et qu’il a contribué à faire connaître à des générations d’étudiantes et d’étudiants ayant eu la chance de suivre ses cours.

Nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses ami.e.s.

Une page web lui est consacrée sur le site internet du Centre funéraire Côte-des-Neiges. Ceux et celles qui souhaiteraient publier en ligne un mot ou des condoléances en leur nom personnel peuvent bien sûr le faire en cliquant sur ce lien. Enfin, notez que le Centre funéraire Côte-des-Neiges précise, sur cette même page web, qu’aucunes funérailles publiques ne sont prévues par la famille pour l’instant.

Le département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal

Ciné-Socio - Jeudi 16 février à 18h

Ciné-Socio vous invite ce jeudi 16 février à la projection du documentaire "I Am Not Your Negro" (2016) de Raoul Peck, basé sur le roman inachevé de James Baldwin, intitulé "Remember This House". Raconté par l'acteur Samuel L. Jackson, le film explore l'histoire du racisme aux États-Unis. 

La projection sera animée par Amín Pérez et Paul Eid, tous deux professeurs au Département de Sociologie (UQÀM). 

Elle aura lieu à 18 heures, dans l’amphithéâtre A-M050 (niveau Métro du Pavillon Hubert-Aquin, UQÀM, en face de la bibliothèque). 

L'entrée est libre et gratuite.  

Au plaisir de vous y voir ! 

L’équipe de Ciné-Socio 

Conférence de la Chaire ICAO - le 23 février 2023

La Chaire ICAO vous convie à sa nouvelle conférence virtuelle jeudi 23 février 2023 à 12h45, heure québécoise (UTC-5) ! Nous aurons le plaisir de recevoir André Chappatte, anthropologue formé à la SOAS (Londres).

Titre de la conférence : « In Search of Tunga. Prosperity, Almighty God, and Lives in Motion in a Malian Provincial Town »

Cette intervention porte le titre d’une monographie qui vient d’être publiée chez University of Michigan Press. Parmi les jeunes hommes musulmans qui ont grandi dans les mondes ruraux ouest-africains, la migration est avant tout intra-africaine. Comme leurs pères, ils partent à l’école de l’aventure en quête d’argent, de biens de distinction, d’ouverture d’esprit, (…) d’une vie prospère. S’éloignant de leurs réseaux traditionnels de solidarité et d’obligation sociale (région et village d’origine, famille, amis), ils partent chercher du travail dans des villes secondaires en forte expansion urbaine.
Qu’est-ce que la piété musulmane et la destinée signifient dans ce type de trajectoire de vie ? S’appuyant sur le terrain réalisé sur le site principal de cette monographie, Bougouni (localité urbaine du sud-ouest malien), cette intervention explore l’expérience religieuse de ces aventuriers à travers le concret de leurs vies en mouvement. Cette approche existentielle met en avant l’importance d’une éthique locale et ancienne pour s’attirer les faveurs du pouvoir premier de l’invisible : ‘Dieu Tout Puissant’. ‘Prier c’est bien, mais ça n’apporte pas le manger dans plat’, comme me disait souvent Ablaye, un jeune gérant d’un restaurant de Bougouni.

André Chappatte, anthropologue formé à la SOAS (Londres), est professeur assistant au GSI de l’Université de Genève. Accumulant 4 ans de terrain entre le Mali, la Côte d’Ivoire et la République de Guinée, ses recherches multiples ont comme point de départ le devenir moral de l’expérience humaine dans les sociétés musulmanes en Afrique de l’Ouest. Il a notamment publié sur la vie nocturne, l’Islam publique et les produits chinois. Son analyse est influencée par la pensée sociale, la géographie humaine et l’écriture phénoménologique.

👉Lien de l'évènement Facebook de la Chaire ICAO : https://fb.me/e/2pDf34cR7

👉Inscription (obligatoire) et détails par ici

Islam et islamisme en Occident. Éléments pour un dialogue - Rachad Antonius

Le nouvel essai du professeur associé au département de sociologie, Rachad Antonius a fait l'objet d'un long article dans le bulletin "Actualités UQAM".

"Par Claude Gauvreau

3 février 2023 à 10 h 46

Les rapports entre les personnes de confession musulmane et leur société d’accueil, au Québec comme ailleurs en Occident, sont marqués depuis 20 ans par de nombreuses tensions. Souvent cristallisées autour de pratiques rituelles et du port du voile islamique dans l’espace public, ces tensions sont aussi alimentées par un discours stigmatisant à l’endroit des personnes musulmanes qui, par ailleurs, subissent des formes de discrimination socio-économique.

Selon le professeur associé du Département de sociologie Rachad Antonius, ces tensions ne peuvent pas être expliquées uniquement par des facteurs liés au racisme ou à l’islamophobie au sein des sociétés d’accueil. «On ne peut pas lutter contre le racisme antimusulman et contrer la peur que suscite l’islam à cause des violences politiques commises en son nom en faisant abstraction des groupes musulmans eux-mêmes, de leur histoire, de leurs cultures diverses et, surtout, de l’influence de l’islam politique, aussi appelé islamisme.»

Pour nourrir le débat sur ces questions, Rachad Antonius a cosigné avec le chercheur algérien Ali Belaidi l’essai Islam et islamisme en Occident. Éléments pour un dialogue, paru récemment aux Presses de l’Université de Montréal. Les auteurs souhaitent que leur ouvrage contribue à l’ouverture d’un dialogue fondé sur la prise en compte de réalités complexes et à l’établissement d’un vivre ensemble serein.

D’origine égyptienne, Rachad Antonius a mené plusieurs recherches sur les sociétés arabes contemporaines, les conflits politiques au Proche-Orient et les représentations stéréotypées des Arabes et des musulmans dans les médias. Chercheur en sociologie du travail à l’École nationale supérieure de management (ENSM) en Algérie, Ali Belaidi, un diplômé de l’UQAM (Ph.D. sociologie, 2019) s’intéresse aux relations interethniques en contexte migratoire, au pouvoir et au discours religieux ainsi qu’à l’islam politique.

«La volonté de contrôle et de domination des puissances coloniales a alimenté la méfiance envers les valeurs de la modernité et favorisé l’essor de courants de pensée conservateurs et fondamentalistes.»

Rachad Antonius

Professeur associé au Département de sociologie

Retour aux sources historiques

La première partie de l’ouvrage est consacrée aux sources historiques de l’islam, à l’histoire du califat et de son imaginaire, à la vision mythique d’un âge sacré de l’islam auxquels se réfèrent aujourd’hui les courants islamistes et fondamentalistes, tels que le salafisme et sa version waahabite en Arabie saoudite. «Leur référence principale est l’islam des premiers temps qu’ils interprètent de façon littéraliste et dogmatique, indique Rachad Antonius. Ces courants fondamentalistes nourrissent une vision de l’islam et du monde qui allie étroitement croyances religieuses, valeurs sociales, façons d’être et comportements.»

Retourner à l’histoire de l’islam est nécessaire pour comprendre la rupture opérée au cours des 50 dernières années entre l’islam des origines et l’islamisme contemporain, souligne le professeur. «Cet examen montre que les représentations dominantes au sujet du califat et de la communauté mondiale des croyants – la Oumma – n’ont pas de fondement dans le Coran et qu’elles ont été élaborées plus de deux siècles après l’avènement de l’islam. L’interprétation rigide du Coran est demeurée marginale jusqu’au début du 20e siècle et était même considérée comme une hérésie au siècle précédent.»

Au 19e siècle, un mouvement réformateur a émergé au sein de l’islam, cherchant à rendre celui-ci compatible avec la modernité occidentale. Mais, rappelle Rachad Antonius, «la volonté de contrôle et de domination des puissances coloniales a alimenté la méfiance envers les valeurs de la modernité et favorisé l’essor de courants de pensée conservateurs et fondamentalistes.»


Manifestations contemporaines du salafisme

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, le professeur et Ali Belaidi abordent les manifestations contemporaines du salafisme. Selon eux, la montée en puissance de courants ultraconservateurs, religieux – le salafisme – et politiques – l’islamisme –, qui partagent une lecture fondamentaliste du Coran, a mis à mal la tradition historique de paix et d’ouverture à l’autre de l’islam.

«Ces courants menacent la tradition de tolérance dans les pays arabo-musulmans, alors que des communautés ethniques et religieuses minoritaires, juives sépharades et chrétiennes notamment, s’y sont épanouies pendant des siècles, observe Rachad Antonius. Ils s’attaquent non seulement aux infidèles ou non-croyants, mais aussi aux principes et valeurs de la modernité et des démocraties libérales occidentales: égalité des citoyens, égalité des sexes, liberté de conscience et d’expression, etc.»

L’alliance des puissances coloniales avec les monarchies pétrolières contre les mouvements nationalistes sécularisés dans les pays arabes a par ailleurs favorisé le développement de courants fondamentalistes. «Depuis une quarantaine d’années, l’influence du salafisme s’est propagée à coup de milliards de dollars fournis par les monarchies pétrolières, Arabie saoudite en tête, note le sociologue. Bien qu’une minorité de musulmans épousent la vision du monde défendue par le salafisme, les pratiques sociales propagées par ce dernier se sont généralisées au-delà du cercle restreint de ses adhérents.» Ainsi sont apparus des comportements, comme le port du niqab, inconnus auparavant hors des sociétés tribales de la péninsule arabe.

«À l’ère de la globalisation et de l’explosion du nombre de chaînes satellitaires, les discours des prédicateurs religieux les plus radicaux tenus à La Mecque ou au Caire se répercutent à Paris, New York ou Montréal pour atteindre les personnes de confession musulmane, incluant celles appartenant aux jeunes générations.»

Le salafisme ne préconise pas ouvertement la violence, mais il fournit une base idéologique et culturelle sur laquelle peut se construire le passage à des actes violents. «La grande majorité des salafistes ne sont pas violents, mais leur idéologie a pris le dessus sur les courants modérés et a imprégné les mouvements de résistance armée, dont les groupes jihadistes, aux guerres coloniales menées dans des pays comme l’Afghanistan, la Syrie et l’Irak. Il s’agit d’une idéologie fondée sur la croyance en la supériorité morale de l’islam, laquelle doit se traduire sur le plan politique.»


Enjeux de l’islamisme au Québec

Les auteurs examinent dans la troisième partie de leur essai les rapports entre les personnes musulmanes issues de l’immigration et leur société d’accueil en Occident, y compris au Québec.  Ces rapports, indiquent-ils, sont devenus plus difficiles en raison, notamment, des violences politiques commises depuis 20 ans au nom de l’islam, lesquelles génèrent des attitudes hostiles envers les musulmans et musulmanes. Les controverses autour des accommodements de type religieux, du projet de charte des valeurs québécoises et de la Loi 21 sur la laïcité ont aussi contribué à aiguiser les tensions.

Pour comprendre ces tensions et les surmonter, il est fondamental de distinguer islam et islamisme, et d’éviter de sombrer dans le déni quant à l’influence idéologique et politique exercée par le discours islamiste, soutient Rachad Antonius. «À l’ère de la globalisation et de l’explosion du nombre de chaînes satellitaires, les discours des prédicateurs religieux les plus radicaux tenus à La Mecque ou au Caire se répercutent à Paris, New York ou Montréal pour y atteindre les personnes de confession musulmane, incluant celles appartenant aux jeunes générations.»

«Comment peut-on prétendre combattre le racisme et la xénophobie en ignorant l’éléphant dans la pièce représenté par le courant islamiste?»

Le sociologue reproche à une partie de la gauche au Québec et ailleurs, qui se dit anti-raciste, inclusive et respectueuse de la diversité, de sous-estimer les répercussions de l’influence islamiste tant sur les groupes musulmans en Occident que sur la façon d’y concevoir les politiques de gestion de la diversité. «Comment peut-on prétendre combattre le racisme et la xénophobie en ignorant l’éléphant dans la pièce représenté par le courant islamiste?, demande Rachad Antonius. On hésite à dénoncer l’islamisme par crainte d’alimenter l’islamophobie, alors que cette dénonciation est légitime et ne doit pas être confondue avec le rejet des musulmans en général.»

Le professeur critique également le discours stigmatisant d‘une droite nationaliste, qui amalgame islam et islamisme. «On a le droit de discuter et de critiquer les normes religieuses, mais il n’y a aucune raison de s’en prendre aux femmes musulmanes qui portent le voile. Elles ont droit au respect et à la dignité.»

Rachad Antonius se dit, malgré tout, optimiste face à l’avenir. « Il faut se réjouir du combat mené par les femmes en Iran. Dans les sociétés arabo-musulmanes, des courants anti-obscurantistes et critiques à l’endroit de l’islamisme, aussi présents dans la diaspora musulmane, ont pris de la vigueur depuis une dizaine d’années. C’est de là que viendront les changements.»

Les personnes intéressées par l’histoire de l’islam, trouveront dans l’ouvrage un glossaire qui définit plusieurs notions issues de la langue arabe et liées à un univers religieux particulier ainsi que des cartes en couleur et une brève chronologie de l’islam."

Vous pouvez retrouver la version originale ici

Rencontre d'information - les études supérieures

Poursuivre des études supérieures vient avec son lot de défis et il n'est pas toujours évident de s'y retrouver. De nombreux cheminements sont possibles, et la réussite de la plupart d'entre eux passe par une bonne connaissance de ce qui est attendu de nous et un encadrement adéquat. 

À cette fin, le département de sociologie et l'Association étudiante des études avancées de sociologie (AEEAS) vous invitent à une rencontre d'information sur les principaux éléments à connaître lors du début d'une maîtrise ou d'un doctorat de sociologie à l'UQAM. La rencontre aura lieu le jeudi 16 février à 17h30 au local A-5020 (UQAM, au 5e étage du pavillon Hubert Aquin).

Le professeur Victor Armony, l'agente à la gestion des études Josie-Anne Lacoste, trois personnes de l'association étudiante de sociologie seront présent.e.s afin de vous partager les informations que nous considérons que toutes et tous devraient savoir en débutant leur parcours d'études supérieures ainsi que pour répondre à vos questions en tout genre. 

AU PROGRAMME, NOUS DISCUTERONS DE :

  1. Qui sont les personnes ressources à l'UQAM (associations étudiantes, personnes clés au département, monitorat de programme, direction de recherche);
  2. Comment trouver une direction de recherche;
  3. Comment trouver un sujet de mémoire + quelques trucs d'organisation et de rédaction;
  4. Comment communiquer avec les professeurs et les personnes ressources;
  5. Les grandes étapes des programmes d'études supérieures de sociologie;
  6. Comment trouver un emploi étudiant à l'UQAM;
  7. Quelles sont les principales bourses offertes; 
  8. Comment gérer le sentiment d'imposture;
  9. Tout autre point dont vous souhaitez discuter!

Une collation et des rafraichissements non-alcoolisés vous seront offerts. Afin d'éviter le gaspillage alimentaire, je vous invite à me faire part de votre participation à l'évènement en remplissant ce formulaire. Vous pourrez tout de même participer à l'évènement sans inscription. 

Bien entendu, il nous fera plaisir que des étudiant.e.s plus ancien.ne.s participent aussi à l'évènement afin de partager leur propre expérience!

Au plaisir de discuter avec vous!

Ciné-socio - *Reporté au 2 février 2023*

*ÉVÉNEMENT REPORTÉ AU 2 FÉVRIER À 18h00 au local A-5020*

La convergence de plusieurs événements étudiants simultanés et de la tempête nous amène à croire qu'il y aura un public restreint ce soir. Pour permettre à davantage de personnes d'assister à la projection et de participer à la discussion, nous avons décidé, en accord avec notre invitée, Mélanie Lemay, de reporter l'événement à la semaine prochaine, soit le jeudi 2 février à 18h. Nous nous excusons de tout inconvénient que ce changement de dernière minute pourrait susciter. À la semaine prochaine!

Le Ciné-Socio est de retour pour une nouvelle session de projections et de discussions !

Le jeudi 26 janvier 2023 à 18h au local A-5020, nous présenterons "Pour une culture du consentement" (2023). 

Ce film raconte l’histoire de Mélanie Lemay, cofondatrice du mouvement Québec contre les violences sexuelles, et de l’organisme Viol-Secours dans le contexte des dénonciations associées à #MeToo ou #MoiAussi

La bande-annonce à retrouver ici

La projection sera animée par Leila Celis, Professeure au Département, et en présence de Mélanie Lemay elle-même, qui est d'ailleurs doctorante au Département.

L'entrée est libre et gratuite. Au plaisir de vous y voir!

Leila, Amin, Marcos et Paul

Département de sociologie

Le Département de sociologie de l’UQAM propose des programmes d’étude et de recherche novateurs et d’une grande rigueur intellectuelle qui permettent de mieux comprendre les sociétés contemporaines ainsi que de participer à leur transformation.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de sociologie
Local A-5055
1255, St-Denis
Montréal (Québec) H2X 3R9

Courriel : sociologie@uqam.ca