Étiquette : Amín Perez

Tribune co-écrite par Amín Perez - "40 Aniversario : La primera rebelión popular contra el neoliberalismo en América Latina"

Amín Pérez, professeur au département de sociologie de l'UQÀM, co-écrit la tribune "40 Aniversario : La primera rebelión popular contra el neoliberalismo en América Latina" avec Amaury Pérez et Juan Miguel Pérez (historien et sociologues à l’Universidad autónoma de Santo Domingo) autour de la première mobilisation politique contre le néolibéralisme en Amérique latine.

Retrouvez la tribune au lien suivant.

https://diariored.canalred.tv/america-latina/40-aniversario/

« Inhumaines mais légales ». Logiques et pratiques d’État face à l’immigration haïtienne en République dominicaine : conférence d'Amín Pérez (Midi-CRIDAQ)

Le Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ) de l’UQAM vous invite à la conférence d’Amín Pérez (professeur au département de sociologie de l’UQAM) intitulée « Inhumaines mais légales ». Logiques et pratiques d’État face à l’immigration haïtienne en République dominicaine.

La conférence se tiendra en format bimodal, le 21 mars 2024 de 12h30 à 14h à l’UQAM et par Zoom.
Entrée gratuite, inscription obligatoire au lien suivant : https://cridaq.uqam.ca/activite/amin-perez/

Résumé :
Cette présentation propose de restituer les mécanismes à travers lesquels l’État fabrique la condition d’« illégalité » d’une population au sein d’une Nation. En examinant les politiques de privation de droits aux immigrants haïtiens et de révocation rétroactive de la nationalité à leurs enfants en République dominicaine (XX-XXIe siècles), l’objectif est de comprendre les moyens et les raisons qui rendent cette violence d’État possible. L’analyse socio-historique sur cette ancienne colonie permet d’entrevoir les réajustements mis en œuvre par l’État pour perpétuer sa domination face à l’immigration. Elle permet aussi de s’interroger sur les logiques de l’État-néolibéral qui nie les droits civiques pour rétablir des hiérarchies ethno-raciales, entretenir une ségrégation sociale et créer de nouvelles catégories précaires.

« On ne naît pas sociologue, on le devient… »: Épisode 2 – Entretien avec Amín Perez

Entretien avec Amín Perez, professeur de sociologie à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et spécialiste de la sociologie du racisme et de l'immigration et de la sociologie de Pierre Bourdieu. Il est notamment l'auteur du livre "Combattre en sociologues. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad dans une guerre de libération (Algérie 1958-1964)", publié aux Éditions Agone en 2022.

Entretien sur Youtube: https://youtu.be/ZhD1DUrDacs

Il s'agit du deuxième épisode d'une série de portraits de sociologues, intitulée "On ne naît pas sociologue, on le devient..." et réalisée par Marcos Ancelovici.

Nouvelle publication : "Combattre en sociologues" d'Amín Pérez Vargas - 3 mars 2022

Amín Pérez Vargas, professeur au département de sociologie de l'UQAM, vient tout juste de publier l'ouvrage Combattre en sociologues. Pierre Bourdeau et Abdelmalek Sayad dans une guerre de libération (Algérie 1958-1964) aux Éditions Agone.

Le livre sera en librairie au Québec à partir du 12 avril.

Pour voir la fiche du livre sur le site des Éditions Agone, cliquez ici.

Résumé

"Comment être utile dans un contexte de colonisation et de guerre de libération? C’est la question que se posent le Béarnais Pierre Bourdieu et le Kabyle Abdelmalek Sayad en pleine efferves­cence révolutionnaire. Dès leur première rencontre, à l’université d’Alger, en septembre 1958 (ils ont 25 et 28 ans), va se nouer une forte amitié intellectuelle sur la base d’une même volonté de comprendre et de changer le cours des choses. Inscrit en licence de psychologie, instituteur dans la banlieue algéroise, Sayad milite au sein des libéraux, mouvance qui rassemble plusieurs tendances politiques progressistes favorables à l’indépendance de l’Algérie, mais distantes des mouvements nationalistes et fondant leur projet sur une fraternité entre «Algériens» et «Européens». Proche lui aussi de cette mou­vance, Bourdieu, qui enseigne la philosophie et la sociologie, vient de publier son premier ouvrage, Sociologie de l’Algérie, où il analyse les fondements de la société algérienne et les conséquences sociales de la guerre..."

Table ronde autour de la nouvelle édition de "Travail et travailleurs en Algérie" de Pierre Bourdieu - 10 mars 2021

 

Mercredi 10 mars, 18h-20h (heure de Paris)

Au sujet de l'ouvrage:

Ce livre initialement paru en 1963 est resté indisponible pendant plus de trente ans. Issu d’une enquête collective menée dans un contexte de guerre, il dissèque les rapports de domination propres au système colonial mis en oeuvre par la France en Algérie. La déstructuration de la société traditionnelle algérienne confrontée à l’introduction de l’économie de marché ne produit pas seulement chômage et précarité parmi les sous-prolétaires, mais un bouleversement de leurs conduites économiques et de leurs repères temporels. Cette nouvelle édition reproduit les textes rédigés par Pierre Bourdieu, propose des documents complémentaires originaux, ainsi qu’un dossier éditorial (avec des articles de Claude Seibel, Pierre Vidal-Naquet, Tassadit Yacine). Elle donne ainsi à voir la portée majeure de cette enquête pionnière, indispensable à qui veut comprendre les modes de domination liés au travail et à sa précarisation.

Intervenants

  • Mohamed A. Brahimi (Columbia University)
  • Johan Heilbron (CNRS)
  • Franck Poupeau (CNRS)
  • Maxime Quijoux (CNRS)
  • Gisèle Sapiro (EHESS)
  • George Steinmetz (University of Michigan)
  • Loïc Wacquant (University of California, Berkeley)
  • Tassadit Yacine (EHESS)

Modérateur : Amín Pérez (UQÀM)

Inscriptions

https://uqam.zoom.us/meeting/register/tZ0vcOCpqDooHN21sHJGKOpShm9aqCj65qSn

Cette table ronde sera aussi diffusée en direct sur :

www.facebook.com/Éditions-Raisons-dAgir-218989805117974

Contact

raisonsdagir@gmail.com

Réédition du livre de Pierre Bourdieu, "Travail et travailleurs en Algérie", par Amín Perez

Amín Perez, professeur au Département, a édité la republication d'un classique de Pierre Bourdieu, Travail et travailleurs en Algérie, indisponible depuis presque 50 ans.
 
Il s’agit d’un livre pionnier de la sociologie de la domination développée par Bourdieu qui permet de relire son œuvre sur de terrains peu connus (le travail, le capitalisme colonial, les migrations, les processus révolutionnaires…), qui anticipe ses analyses sur le néolibéralisme et les effets insidieux de l’instabilité et la précarité économique dans la vie sociale, et qui propose des éléments méthodologiques (ethnographie/statistique) et pédagogiques pour une approche réflexive et politique des sciences sociales.
 
Félicitations à lui et bonne lecture à tou.te.s!
 
 
Descriptif du livre
 
Ce livre initialement paru en 1963 est resté indisponible pendant plus de trente ans. Issu d’une enquête collective menée dans un contexte de guerre, il dissèque les rapports de domination propres au système colonial mis en œuvre par la France en Algérie. La déstructuration de la société traditionnelle algérienne confrontée à l’introduction de l’économie de marché ne produit pas seulement chômage et précarité parmi les sous-prolétaires, mais un bouleversement de leurs conduites économiques et de leurs repères temporels. La présentation initiale du livre questionnait ainsi :
« L’Algérie du silence a trouvé ses écrivains publics. En rapportant et en exprimant, quand il le peut, dans le langage des chiffres ce que d’autres hommes lui ont dit et ce qu’ils n’ont pas dit mais que leurs mots et leurs actions trahissaient, le sociologue s’essaie à dévoiler la vérité de ce passé, gros de la vérité du présent qui le nie, le dépasse et par là même le conserve. Peu de pays colonisés ont connu des bouleversements aussi profonds que l’Algérie, même rurale : faut-il conclure que les couches les plus ‘‘révolutionnées”, paysannerie et sous-prolétariat urbain, soient les plus révolutionnaires ? Les contradictions que le système colonial a engendrées et qui survivent à sa disparition ne sont-elles pas d’autant plus redoutables qu’elles sont plus cachées et qu’il est trop tentant de n’y voir que le fantôme du colonialisme défunt ? »
 
Cette nouvelle édition propose des documents complémentaires originaux, ainsi qu’un dossier éditorial (avec des articles de Claude Seibel, Pierre Vidal-Naquet, Tassadit Yacine). Elle donne ainsi à voir la portée majeure de cette enquête pionnière, indispensable à qui veut comprendre les modes de domination liés au travail et à sa précarisation.

Département de sociologie

Le Département de sociologie de l’UQAM propose des programmes d’étude et de recherche novateurs et d’une grande rigueur intellectuelle qui permettent de mieux comprendre les sociétés contemporaines ainsi que de participer à leur transformation.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de sociologie
Local A-5055
1255, St-Denis
Montréal (Québec) H2X 3R9

Courriel : sociologie@uqam.ca